Skip to content

La moitié de nos espèces sauvages disparues en 40 ans.

La planète a du faire face à plusieurs extinctions massives, dont la plus connue est sans doute celle des dinosaures.Une grande extinction est définie comme se déroulement assez rapidement à l’échelle géologique (on parle tout de même de plusieurs millions d’années), et pendant laquelle 75% des espèces disparaissent.
Sachant cela, ça vous fait quel effet de savoir que l’Homme a exterminé 52% des espèces sauvages en quelques dizaines d’années? 40 ans! 40 ans, c’est ce qu’il aura fallut à l’Homme pour détruire la moitié de la biodiversité, quand les volcans et pluies de météorites n’ont réussi à le faire qu’en des millions d’années…
Dans son « Rapport Planète vivante » la WWF fait part du bilan santé de la planète. Ce bilan santé s’appuie sur la mesure de l’évolution de la biodiversité (suivi de 10380 populations appartenant à 3038 espèces) et dévoile que le nombre d’espèces d’eau douce à chuté de 76% contre 39% pour les espèces marines et les espèces terrestres. Ce sont les espèces tropicales qui ont été les plus affectées et l’Amérique latine est la région la plus touchée, puis l’Asie-Pacifique.
Notre biodiversité est menacée par la dégradation des habitats (déforestation, urbanisation, agriculture), la chasse, la pêche, la pollution, les changements climatiques… Ces menaces peuvent donc se résumé à une seule cause: l’HOMME!

Vous l’avez compris, ils, mais aussi vous et nous sommes responsables. En effet, selon la WWF notre empreinte écologique de l’humanité atteindrai 18 milliards d’hectares, soit 2,6 hectares par personnes. Hors la bio-capacité de la planète serait de 12 milliards de hectares. En 2010 nous avons donc utilisé l’équivalent d’une planète et demie pour vivre, en entamant la capital naturel.
Les pays les plus fautifs sont les plus polluants (Chine, Etats-Unis, Inde, Brésil, Russie) et ceux ayant les revenus par habitant les plus élevés (le Koweit, le Qatar, les Emirats arabes, le Danemark, la Belgique). « Oui mais la France ne s’y trouve pas » me direz-vous?! La France est en 23e position, certes, mais avec 4,5 hectares utilisés par habitant (moyenne mondiale de 2,6, biocapacité de la Terre de 1,7). « Très médiocre, redoublement recommandé » s’inscrit sur la copie de la France, quand d’autres pays comme l’Afghanistan, Haïti, l’Erythrée, la Palestine et le Timor oriental présentent l’empreinte la plus faible (0,4 hectares par habitant).

L’empreinte eau, également calculé par la WWF, montre à quel point l’agriculture est consommatrice (92%!). Et si certains pays sont bien plus consommateurs, c’est souvent car ils produisent et exportent en masse des produits intensifs en eau. Plus d’un tiers de la population mondiale subit des pénuries d’eau au moins un mois dans l’année…

Alors voilà le topo: la pollution, la destruction de la biodiversité et la surconsommation ont un coût; la planète est un écosystème géant dans lequel nous avions notre place mais que nous avons totalement déréglé; nous avons certainement plus besoins des autres espèces que les autres espèces ont besoin de nous! On peut tous faire mieux… Faisons mieux! Être responsable d’une extinction massive, il y a plus reluisant comme titre honorifique…

En ce qui concerne Mwanga Vagabonde, notre effort c’est de sensibiliser le monde à l’écologie, au monde animal et d’avoir des activités éthiques et responsables! Nous, nous allons découvrir les cétacés à la voile (ici), et pas au moteur… Entre autres…

(Source: Le monde. Photo by Stéphanie Vigetta ).

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *