Skip to content

Francesca Woodman

Il est des gens qui ne semblent vouloir exister que pour ne plus exister. Ces artistes dont l’âme et dont le cœur abîmés ne semblent plus pouvoir être compris que dans leur art. C’était sans doute le cas de Francesca Woodman. Elle était jeune, elle était belle, elle était talentueuse, elle était sur le fil. L’artiste à la carrière reconnue seulement une fois passé de l’autre côté, avait tout pour être connue. Ce que l’on cherche dans un cliché, elle l’y mettait: l’émotion! Son oeuvre procure du sens, du vide, du plein, de la peur, de l’angoisse, de l’oppression. Rarement il a été possible de lire dans une photographie tous les questionnements, toutes les angoisses, tous les projets de son auteur. Et de son jeune âge (elle à commencé la photographie à l’âge de 12 ans) mais d’une maturité artistique incroyable, et sans doute insoutenable, Francesca a donner son cœur dans ses œuvres, avant de se donner la mort.

Pour voir quelques uns de ses clichés, pour lire son un peu plus sur ce qu’elle était, je ne saurais que vous conseiller de lire le bel article de Gil Pressnitzer ici (Sources: Esprits Nomades).

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *