Skip to content

La bêtise humaine

La photographie peut avoir bon dos et n’est pas toujours une arme douce contre la violence et pour émerveiller les gens. Ces touristes nous le montrent bien, sur une plage en Argentine! On se demande ce qu’il a pu se passer dans la tête de ce touriste qui a capturé un dauphin juvénile dans l’eau pour le brandir comme un trophée auprès des autres badauds, qui plutôt que de protester ou raisonner l’individu, ont profité de la situation pour quelques selfies… Ces quelques photo auront malheureusement coûté la vie à ce jeune dauphin. Non adapté à vivre hors de l’eau et surtout à de telles températures, l’animal est mort, abandonné sur la plage. Le dauphin martyr était un dauphin de la Plata, une espèce endémique à l’Argentine. Déjà considérée comme vulnérable, l’espèce pourrait bien un jour se trouver en danger. Il ne reste effectivement plus que 30.000 représentants de l’espèce, déjà menacée par les filets de pêche…

Cet « incident » ne va pas s’en rappeler la perturbation de la ponte annuelle des tortues marines au Costa Rica, par une horde de touriste en 2015.

Cessons de nous déresponsabiliser en mettant sur le dos des grandes entreprises, des grandes pollueurs, des grands lobbies toutes la misère animale. Nous pouvons, nous aussi à notre échelle changer les choses! Mais nous ne le faisons pas! Parce que ce jeune dauphin avait toute une vie à vivre, le laisser en paix, aurait tout changer pour lui.

Pour méditer, voici un proverbe d’Einstein « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue » et pour prendre conscience, voici une petite histoire:

« Il était une fois, un homme sage qui était habitué à aller marcher au bord de l’océan avant de se mettre à écrire. Un jour, alors qu’il marchait le long de la plage, il commença à distinguer la silhouette d’un autre homme dans le lointain. Quand il fut plus près, il remarqua que l’homme, ne cessait de se pencher pour ramasser quelque chose qu’il jetait aussitôt à l’eau. Maintes et maintes fois, inlassablement, il lançait des choses à tour de bras dans l’océan.
En s’approchant encore davantage, l’homme sage remarqua que l’autre homme ramassait les étoiles de mer que la marée avait rejetées sur la plage et, une par une, les relançait dans l’eau.

L’homme sage était intrigué. Il aborda l’homme et lui dit: « Bonjour, mon ami. Je me demandais ce que vous étiez en train de faire. »
« Je rejette les étoiles de mer dans l’océan. C’est la marée basse, voyez-vous, et toutes ces étoiles de mer ont échoué sur la plage. Si je ne les rejette pas à la mer, elles vont mourir du manque d’oxygène. »

 »Je comprends, répliqua l’homme sage, mais il doit y avoir des milliers d’étoiles de mer sur cette plage. Vous ne pourrez pas toutes les sauver. Il y en a tout simplement trop. Et vous ne vous rendez pas compte que le même phénomène se produit probablement à l’instant même sur des centaines de plages tout le long de la côte? Vous ne pourrez pas faire la différence? »
L’homme sourit, se pencha et ramassa une autre étoile de mer.
En la rejetant à la mer, il répondit: « ÇA FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE POUR
CELLE-LA ! ».

Alors les amis, prenez conscience que chaque geste positive compte, que chaque geste négatif compte également, que personne n’est innocent, que tout le monde peut agir!

(Source: Mr Mondialisation. Photo by Hernan Coria)

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *